Skip to navigation – Site map

La musique au-delà du numérique : composer l’écoute à travers un MOOC

Dominique Saint-Martin, Anne Sèdes and Christine Webster

Abstract

Dans ce texte, nous présentons « la musique au-delà du numérique », un MOOC dont l’objectif consiste à partager avec les apprenants l’expérience active et opératoire de l’écoute musicale à travers la pratique de la composition électroacoustique, rendue techniquement accessible par les développements massifs du numérique, mais nécessitant une immersion approfondie dans une communauté d’écoute et de pratique et assumant une perspective historique. Suite à une brève revue des choix pédagogiques que nous avons faits lors de la conception du contenu d’enseignement accessible au plus grand nombre, nous invitons le lecteur-auditeur à écouter une sélection de pièces composées par les apprenants.

Top of page

Full text

  • 1 En ligne : [https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1 :parislumiere+142001+session01/about], consul (...)

1Ce numéro de la revue Hybrid dédié à l’écoute nous donne l’opportunité de faire entendre en ligne des compositions électroacoustiques stéréophoniques sélectionnées parmi les travaux des apprenants du MOOC La musique au-delà du numérique ouvert sur le portail FUN-MOOC1.

  • 2  Collaboration avec le GRM, groupe de recherches musicales de l’INA, et le CICM, centre de recherch (...)

2La musique au-delà du numérique… Le titre de ce Mooc, produit dans le cadre du programme So Culture2 de la Comue Paris Lumière, en collaboration avec l’INA GRM et le CICM peut paraître énigmatique. D’une certaine façon, il s’agissait de souligner qu’au-delà des techniques électroacoustiques et de la relation aux technologies audionumériques, la musique reste une affaire de médiation humaine, et qu’à l’heure des développements massifs du numérique, elle se construit encore et toujours à l’écoute, entre humains. Même avec les moyens d’apprentissage et de partage du savoir à travers un MOOC.

3Au moment où le grand public a accès à des outils de création massifs via l’internet, ce MOOC nous a donné l’occasion de partager le savoir-faire, le savoir-entendre, le savoir-écouter qui sont au cœur d’une tradition musicale expérimentale ayant émergé à l’après-seconde guerre mondiale avec les techniques d’enregistrement du son, et qui n’a cessé de se transformer depuis, intégrant dans son organologie l’informatique musicale et l’audionumérique dès les années 1980. Ce qui fait musique, dans un environnement donné, aussi bien culturel qu’organologique, c’est l’activité d’écoute, une activité humaine, sociale, qui construit et partage de la connaissance sensible, qui produit de l’imaginaire et qui fait sens en interaction avec une communauté d’écoute.

4En musique électroacoustique, l’écoute guide une activité opératoire, dans un environnement de travail électroacoustique aujourd’hui essentiellement numérique, émulation sur ordinateur du studio d’enregistrement. Au sein d’un DAW, digital audio workstation,auxquels s’ajoutent de nombreux outils logiciels, l’écoute détermine les choix de montage, de transformation, de mixage, de mise en espace de la matière sonore.

5De nos jours, on peut faire des titres de musique pop ou électro pratiquement à partir du téléphone portable ou bien utiliser ce dernier comme un microphone. Ce n’était pas l’objet du MOOC, mais il faudrait s’intéresser à ces approches de façon critique, car elles nous entraînent dans un monde d’offre de musique « prête à composer », où l’automatisation des boucles et le traitement automatique de la chaîne électroacoustique donnent un rendu tout à fait standard, prétraité, préstylé, au point qu’il est possible de faire des productions de niveau très professionnel. Mais la créativité de l’écoute, basée sur apprendre et savoir faire des choix sensibles à partir de matières sonores et de leurs transformations, produire des formes sensibles à divers niveaux temporels du moment musical en train de s’inventer, est pratiquement exclue de ces tendances, qui ne permettent d’ailleurs pas non plus de produire des rattachements historiques et culturels autres que basés sur des mystifications stylistiques storytellées par l’économie du fan. L’écoute d’aujourd’hui a plutôt tendance à se laisser porter, guider par le numérique avec ses offres de streaming régulées par des algorithmes de recommandation et profilage de l’auditeur. Mais c’est une autre affaire.

6Notre approche s’est basée sur une introduction à la musique de création, sur apprendre par le faire et par l’expérimentation, sur écouter la matière sonore en travaillant ses transformations, dans un cadre historiquement situé, celui de la musique électroacoustique, de l’après 1945 à nos jours. Comme toujours en musique, l’apprentissage par la pratique est primordial, basé sur la boucle essai-erreur du faire-écouter et du choix sensible de la décision dans l’instant. L’immersion dans une communauté d’écoute et de pratique, partageant un répertoire de référence, et des manières de faire, est incontournable.

7Anne Sèdes et Dominique Saint-Martin avons croisé nos expériences pour proposer une séquence pédagogique de 7 séances proposant un parcours d’initiation à la musique électroacoustique par la pratique. Ce parcours correspond au cours présentiel d’introduction à la composition électroacoustique d’Anne Sèdes, sur la durée d’un semestre en deuxième année de licence de musique à l’université de Paris 8. Il peut s’apparenter également à la forme d’une séquence pédagogique telles que les enseignants en musique du secondaire construisent pour organiser leurs cours.

8Chacune des séances comprenait les rubriques suivantes :

  • Contexte

  • Œuvre clé

  • Pas à pas

  • À vous de faire

  • Pour aller plus loin

  • Séance 0 : Préparer son studio !

  • Séance 1 : La musique concrète.

  • Séance 2 : Enregistrer, mixer, monter.

  • Séance 3 : Tape Music.

  • Séance 4 : Synthèse sonore.

  • Séance 5 : Granulations.

  • Séance 6 : Transformations.

9Le filtre de l’enseignement à distance, pouvait constituer une difficulté majeure, le forum, essentiellement animé par Christine Webster, compositrice électroacoustique, designeuse sonore et habituée des univers en ligne, a permis d’organiser un dialogue continu et constructif, entre enseignants et apprenants.

10À chaque séance, les apprenants étaient invités à poster un travail personnel de composition répondant à des consignes assez précises. Pour poursuivre, ils devaient écouter et évaluer au moins trois travaux de leurs collègues apprenants, en s’appuyant sur quelques critères techniques et en s’assurant du respect des contraintes d’écriture de la séance quant à la consigne et la qualité artistique.

11Chaque semaine, les vingt travaux les mieux évalués restaient accessibles à l’écoute collective.

12Le travail final demandé était une pièce d’environ 5 minutes, qui reprenait l’essentiel du parcours, et dont une sélection des 10 meilleures pièces à la fois par les pairs et par les enseignants allait pouvoir donner lieu à une écoute en concert. 2 365 apprenants ont suivi ce MOOC. 65 apprenants ont participé à la sélection finale.

13Le concert a eu lieu le 18 janvier 2019 lors de la soirée du symposium « Les sciences de la musique », à l’auditorium de la MSH Paris Nord, spécialement conçu pour l’écoute des musiques électroacoustiques. Ce symposium, organisé par les sociétés savantes en musique, réunissait de nombreux spécialistes des diverses disciplines musicales, de l’ethnomusicologie à l’analyse musicale en passant par l’informatique musicale. La qualité de l’ensemble des pièces sur le plan de la facture artistique, formelle et technique a impressionné l’ensemble du public.

14Pour la session 2, ouverte à l’automne 2019, outre une optimisation du détail des contenus proposés, nous avons voulu que chaque apprenant poste ses travaux sur un outil d’écoute en ligne, et qu’ils soient commentés librement par l’ensemble de la communauté. Nous répondons ainsi à une demande des apprenants, n’ayant par ailleurs pas été tout à fait convaincus de l’évaluation par les pairs automatisée par la plateforme FUN-MOOC.

15Retrouvez une sélection des compostions des apprenants ici.

Top of page

Notes

1 En ligne : [https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1 :parislumiere+142001+session01/about], consulté le 15 juillet 2020.

2  Collaboration avec le GRM, groupe de recherches musicales de l’INA, et le CICM, centre de recherche en informatique et création musicale/Musidanse de l’université de Paris 8.) So Culture est un partenariat entre l’université Paris Lumières, l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, l’INA GRM (Institut national de l’audiovisuel, groupe de recherches musicales), la région Île-de-France, l’Union Européenne.

Top of page

References

Electronic reference

Dominique Saint-Martin, Anne Sèdes and Christine Webster, « La musique au-delà du numérique : composer l’écoute à travers un MOOC », Hybrid [Online], 06 | 2019, Online since 20 July 2020, connection on 08 August 2020. URL : http://www.hybrid.univ-paris8.fr/lodel/index.php?id=1315

Top of page

About the authors

Dominique Saint-Martin

Dominique Saint-Martin est musicien percussionniste, pédagogue et responsable des projets d’édition numérique de l’INA/GRM.

Anne Sèdes

Anne Sèdes enseigne la composition électroacoustique en deuxième année de licence de musicologie, dans la filière « composition assistée par ordinateur » au département de musique de l’université de Paris 8. Elle est avec Dominique Saint-Martin coauteure du MOOC « La musique au-delà du numérique », qui fait partie du programme So’Culture de la Comue Université Paris Lumière.

By this author

Christine Webster

Christine Webster est compositrice électroacoustique, artiste sonore et tutrice animant les forums de la communauté des apprenants du MOOC. Spécialiste des mondes virtuels, elle est également doctorante en esthétique, sciences et technologies des arts, spécialité musique à l’université de Paris 8 et au Spatial Media Lab de l’ENSAD. Elle est porteuse du projet « VRAS » à l’eur ArTeC depuis 2019.

Top of page